Rejoignez-nous !

Nous avons 13 invités et aucun membre en ligne

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
122
Hier :
222
Semaine :
122
Mois :
4518

Articles récents

Nous aurait-on menti ?

 

Le candidat C. Alemagna, alors en campagne électorale de Mars 2014, s’était notamment engagé à poursuivre la réalisation de nombreux équipements structurants, d’enrichir le patrimoine de notre commune sans augmenter la fiscalité. En 2016, il annonce publiquement que les 3 impôts locaux directs vont augmenter de 3% (soit une recette supplémentaire d’environ 150 000 Euros pour la commune)!

Selon M. le Maire, cette hausse de l’imposition permettrait de compenser la baisse de certaines dotations de l’Etat (-100 000 Euros), et de s’aligner sur d’autres communes du département (Le Luc, Vidauban, Le Muy…). Or, les chiffres annoncés démontrent clairement que cette augmentation n’est absolument pas justifiée, parce que les recettes vont être à la hausse du fait de :

- La revalorisation annuelle des bases d’imposition de 1% (soit +50 000 Euros)

- L’augmentation de la population et par voie de conséquence du nombre de contribuables (soit +50 000 Euros),

- La très forte progression de la taxe additionnelle sur les droits de mutation (+123 000 Euros)

- La hausse de la taxe sur la consommation de l’électricité perçue par la commune,

- La réduction de la pénalité pour non-respect des constructions de logements sociaux (Loi SRU) qui passera de 382 072 Euros à 183 000 Euros soit une économie de près de 200 000 Euros,

Ces éléments conjugués permettent au final de très largement compenser la baisse annoncée de 100 000 Euros d’aides de l’Etat.

D’autre part, des mesures d’économie rigoureuses qui résulteraient d’un effort consenti par la commune pour stabiliser les dépenses de fonctionnement tant sur le plan des charges à caractère général qu’en matière de masse salariale, ainsi que la baisse conséquente du prix des produits pétroliers devraient même conduire à une baisse des dépenses de fonctionnement, et par voie de fait à une hausse de la capacité d’autofinancement de la commune.

L’ensemble de ces dispositions préserverait le pouvoir d’achat des ménages Lorguais (propriétaires et locataires) tout en permettant la poursuite d’investissements dont la commune, l’artisanat et le commerce ont tant besoin dans le contexte économique actuel.

Pourquoi alors augmenter la pression fiscale ?

On ne peut que regretter que les élus, à tous les niveaux, optent pour cette facilité d’augmenter les impôts et taxes, au lieu de faire des économies sur les dépenses. Ainsi :

-        Instauration en 2015 d’une taxe intercommunale sur le foncier bâti de 3%,

-        Augmentation en 2015 de 19.50% de la taxe départementale, (augmentation reconduite pour 2016),

-        Augmentation de 3% des trois impôts locaux de la commune de Lorgues,

-        Revalorisation par l’Etat des bases servant de calculs aux impôts locaux de 1%.

Au final, c’est plus de 25% pour les contribuables Lorguais, qui se voient infliger une augmentation de l’ordre de 200 Euros en moyenne en 2 ans.

Concernant le budget annexe de l’assainissement, les décisions qui ont été prises viendront également grever le budget des usagers Lorguais.

En effet, les trois emprunts souscrits pour la réalisation de la station d’épuration exigent un remboursement annuel de 317 000 Euros. Cet investissement, démesuré, engendre un déficit d’exploitation. De ce fait, Monsieur le Maire a décidé une nouvelle hausse du prix du mètre cube d’eau assainie. Ainsi, de 1.40 Euros HT en 2014, le prix atteindra prochainement les 2 Euros HT, soit 42% d’augmentation….

Mais pour M. le Maire, cela n’est pas grave, puisque les usagers du service public d’assainissement et les contribuables ne sont pas, à Lorgues une seule et même personne !!!!!