Rejoignez-nous !

Nous avons 13 invités et aucun membre en ligne

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
331
Hier :
254
Semaine :
868
Mois :
5264

Articles récents

Pourquoi ma candidature !

Ci-dessous les motivations de ma candidature lors de l'élection départementale de mars 2015.

Un grand merci à tous les Lorguais qui ont soutenu notre projet.

Lorgues-24-02

 

Denis AUGUSTE

CANDIDAT REMPLACANT

49 ans, né à FIRMINY dans la Loire

Lorguais depuis l’âge de 6 ans, je suis marié et père de quatre enfants.

Citoyen et acteur local, je souhaite m’investir pour le territoire départemental …

Par ma situation familiale, je me suis naturellement rapproché de la FCPE et je suis, depuis 20 ans, représentant des parents d’élèves et membre du bureau local. Siégeant au conseil d’administration du collège, j’ai pu observer dans le détail, les compétences exercées par le conseil général au sein d’un établissement scolaire. De cette expérience et par l’analyse qui en résulte, je dispose d’un recul nécessaire pour travailler à de nouvelles propositions citoyennes pour le domaine scolaire et ses transports.

Elus de l’opposition sur la commune de Lorgues, Je m’efforce avec mes amis conseillers du groupe « tous pour Lorgues » de demeurer force de proposition. La commission d’accessibilité et du handicap a été mise en place, à ma demande, j’en suis membre. Je souhaite, par cette fonction, pouvoir agir en faveur des personnes à mobilité réduite et affirmer localement le respect de l’engagement de l’état « réussir 2015 » au sujet des défaillances concernant les obligations définies en 2005.

Membre du conseil d’administration du CCAS de Lorgues, j’ai connaissance des interactions entre une commune et le conseil général. Le domaine social révèle des besoins croissants face à une situation sociétale et économique difficile. On observe une paupérisation de la population et de plus en plus de familles sont issues de milieux socio-économiques défavorisés. Des réactions citoyennes sont urgentes pour accompagner les plus vulnérables.

Enseignant en ingénierie mécanique depuis plus de 20 ans, mon activité professionnelle m’amène à utiliser au quotidien des outils numériques en plein essor et à suivre leurs transformations. Des démarches nouvelles inscrivent l’évolution technologique dans le partage de données et d’expériences, ce qui invite à l’autonomie d’entreprendre dans une communauté d’idées. Des outils intégrant la préoccupation environnementale et la diminution de l’impact de nos productions sont désormais intégrés dans la formation des jeunes techniciens et ingénieurs. Les exigences et les cahiers des charges évoluent, de nouveaux métiers naissent. Une connaissance technique est aussi un élément favorable au développement d’idées nouvelles pour un territoire.

Sur le plan associatif et culturel, je réponds toujours présent pour soutenir des actions comme les premières rencontres cinématographiques de Lorgues de mars 2015. Un évènement qui organisa, autour du cinéma, l’échange entre les lycéens et leurs ainés.

Mon engagement, au sein de Territoires citoyens, est naturel, motivé par l’envie de voir le Var s’enrichir de solutions innovantes pour un développement favorable et dynamique tout en conservant son identité et sa diversité. 

Une grande fierté pour moi que d’être le petit fils de Régis AUGUSTE, mineur de fond, dans le département de la Loire. Il n’y avait pas que dans le Nord, le Pas de Calais, la Lorraine que les hommes du peuple ont bâti, par leur sueur, leur labeur l’industrie et la fortune de quelques familles … Depuis les terrils ou les crassiers ont disparus, les hauts fourneaux se sont tues et les aciéries ont changées de continent.

Mon grand-père a vécu debout, avec ses camarades, au service du patronat qui doit tout à ces hommes et ses femmes et qui se permet de dire aujourd’hui à leurs descendants « je ne peux pas t’embaucher parce-que tu me coute trop cher ! »

Régis AUGUSTE pour récompense à son service rendu, à bénéficier au quotidien de vivre durant trente ans avec la silicose, et après ses années de travail au fond du trou, il a payé chaque souffle plus durement chaque jour, à chaque instant.

C’est trop facile de se servir du peuple, au point de devenir puissant, pour détourner le regard au moment où le devoir vous dicte de devenir un vrai citoyen.

Notre société actuelle s’est construite sur l’idée que ceux qui donnent devrons donner à nouveau d’une façon ou d’une autre.

Il me semble aujourd’hui, que l’on me chuchote à l’oreille :

« Confie-moi ton argent, je t’expliquerai plus tard comment me rembourser »

« Travaille et cotise autant que possible et lors de ta retraite je t’offrirai un emploi sénior sur mesure ! »

Mon choix n’est pas celui-là, je sais qu’on ne me remboursera pas la silicose de mon grand-père, les actionnaires se la sont partagés depuis longtemps, et là où il est, ça lui est bien égal, mais je n’ai pas aujourd’hui à accepter que mes enfants n’aient pas droit à un avenir dans un pays construit des mains de leurs ainés.

Dans le paysage actuel les exemples qui détournent les réalités se multiplient, au sein des médias, sur des chaines financées par nos impôts, on nous assène pour que notre choix soit celui du renoncement et on nous dit que la fatalité s’impose pour essayer autre chose.

Mais c’est déjà fait ! On a déjà essayé ; des anti-Europe qui siègent au parlement européen en acceptant les indemnités et qui profitent de l’instance européenne pour financer des emplois à leur siège de Nanterre.

Suppression de la subvention municipale allouée à la ligue des droits de l’homme à Hennin –Beaumont – on a déjà essayé

Fin de la gratuité pour les enfants des chômeurs au Pontet dans le Vaucluse - on a déjà essayé

Augmentation des indemnités des élus au Luc et à Cogolin – on a déjà essayé

Cette filiale de l’UMP, entreprise familiale, s’inscrit aujourd’hui dans la même démarche qui consiste à faire payer celui qui a déjà payé.

Pas de projet pour le territoire et toujours, cette volonté, cet objectif national et que ça !

Le problème de l’immigration, ce n’est pas les immigrés, mais les raisons de l’immigration. Nous sommes obligés aujourd’hui de prendre en compte, que cela nous plaise ou non, notre devoir d’humain, l’obligation environnementale et par ce devoir de trouver les réponses aux différents problèmes.

Utiliser une énergie propre que nous offre le potentiel naturel de notre département avec ses 1800Kw/m² par an.

Innover pour maintenir dans le futur la ressource du tourisme avant de perdre notre place de leader au profit de départements plus innovants

Former les jeunes à l’utilisation du numérique dans le respect des autres.

Adapter, par le numérique, nos méthodes de travail pour soutenir l’emploi dans la ruralité.

Soutenir et développer les circuits courts pour l’alimentation, l’activité agricole et paysanne.

Promouvoir le commerce local en fédérant son action et en développant son service

Mettre en place des réseaux d’aide et de maintien à domicile intelligents et performants.

Organiser les actions nécessaires pour faire face à la difficulté sociale grandissante et à la paupérisation des foyers.

Assumer le respect des normes d’accessibilité pour les ERP en attente depuis 2005.

Les actions citoyennes nécessaires et d’avenir sont nombreuses, il faut aujourd’hui les mettre en œuvre pour développer notre territoire.

mineur

Qu'ils ne se soient pas battu pour rien !